Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Nature / Paysage / Eau

Parution de l’Atlas biogéographique de la flore de Corse

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 janvier 2021 (modifié le 12 janvier 2021)

L’ Atlas biogéographique de la flore de Corse était attendu depuis de longues années par la communauté scientifique, les gestionnaires d’espaces, les collectivités locales et les naturalistes qui sillonnent la Corse. C’est désormais fait : cet ouvrage collectif, réalisé par le Conservatoire Botanique National de Corse (CBNC), service de l’Office de l’Environnement de la Corse, dont l’une des missions est de contribuer à la connaissance et à la conservation de la nature dans les domaines de la flore sauvage, de la fonge, des végétations et des habitats naturels et semi-naturels, vient de paraître en novembre 2020.

Il s’agit d’un ouvrage inédit, un recueil ambitieux qui retranscrit près de 20 ans d’expertises, de bibliographie, de travail d’équipe, de rencontres et de collaborations ; soit environ 400 000 données et 400 observateurs.

La DREAL de Corse a soutenu financièrement son édition et y a apporté sa collaboration, dans le cadre de son partenariat avec le CBNC.

Aconitum napellus subsp.corsicum (Aconit de Corse)

L’ atlas permettra aux amoureux de la nature et aux défenseurs de l’environnement insulaire de connaître toute la diversité de la flore insulaire, mais aussi aux scientifiques de retrouver en un seul ouvrage les données majeures de la plupart des plantes répertoriées en Corse.

La Corse est pour les végétaux à la fois un carrefour biogéographique*, un refuge historique et une zone d’émergence de nouvelles espèces. Nombreuses sont les plantes présentées dans cet ouvrage qui ne sont ni rares, ni menacées, mais qui ont un intérêt important à l’échelle biogéographique, voire une aire de répartition réduite, parmi lesquelles un grand nombre d’espèces endémiques, propres à l’île.

L’endémisme** végétal corse s’élève à environ 280 espèces et sous-espèces, dont 140 sont uniquement localisées en Corse, et 80 présentes à la fois en Corse et en Sardaigne.

Sur les 2.400 espèces que compte l’île, 573 ont donc été sélectionnées dans cet ouvrage selon des critères d’endémicité, mais aussi de patrimonialité. Ce choix rend compte de l’originalité floristique de l’île et conséquemment de sa responsabilité de conservation à leur égard.

Anchusa crispa Viv. ( buglosse crépue)

L’ensemble des espèces endémiques de l’Île a ainsi été répertorié. Sont également traitées toutes les plantes indigènes très rares en Corse, c’est-à-dire connues de moins de 5 localités. L’ensemble des espèces indigènes bénéficiant d’un statut de protection sont également traités dans cet ouvrage.

S’agissant d’un atlas, ont été mises en avant les représentations cartographiques, facilitant la compréhension des distributions, retraçant ainsi les différentes influences qui font l’originalité de la flore de Corse. Chaque fiche est accompagnée d’une carte de Corse sur laquelle est matérialisée la présence de la plante choisie. Les espèces sont situées aussi dans leur géographie générale : Méditerranée, Europe, Afrique du Nord. Lorsqu’elles ne sont pas à proprement parler endémiques.

Très utile, un index permettant de connaître les espèces dont la présence est connue par commune est également proposé à la fin de l’ouvrage.

La qualité de l’iconographie et de la conception de cet atlas lui permettent d’atteindre ses buts, à savoir, faciliter la reconnaissance du patrimoine végétal et des collections naturalistes associées.

Un bémol toutefois, il met en exergue l’absence de références consultables localement qui ne permet pas de valoriser pleinement ce patrimoine, la Corse restant en effet à ce jour la seule île de Méditerranée sans herbier officiel. Nul doute qu’une des prochaines tâches du CBNC sera de s’atteler au retour de certaines collections conservées précieusement dans d’autres lieux mieux équipés.

La flore est un patrimoine naturel commun à tous, parfois difficile à appréhender. Face à l’érosion globale de la biodiversité, il était urgent de faire une synthèse à l’échelle de la Corse permettant de faire un bilan des connaissances relatif aux végétaux les plus emblématiques de ce territoire insulaire.

Inventaires, cartographies et suivis des espèces menacées sont plus que jamais d’actualité. La conservation et la protection de la flore ne peuvent se faire sans leur compréhension et leur prise en compte par les différents acteurs de la société. Le Conservatoire Botanique National de Corse s’efforce de transmettre les éléments dont il dispose afin que la conservation devienne l’affaire de tous. Cet ouvrage en est un témoignage et il permettra, nous l’espérons, de faciliter la reconnaissance de ce patrimoine végétal.

* Biogéographique : La biogéographie est l’étude de la distribution géographique des espèces. Ce domaine de l’écologie détermine les aires de répartition potentielle et réelle des différentes espèces, ainsi que l’évolution de ces aires en fonction des variations de l’environnement ou des activités humaines.

**L’endémisme : caractérise la présence naturelle d’un groupe biologique exclusivement dans une région géographique délimitée.

Disponible aux Editions Albiana : ISBN 9782824110738 https://www.albiana.fr/flore-faune-et-mineraux-milieux-naturels/1787-atlas-biogeographique-de-la-flore-de-corse-flore-faune-et-mineraux-milieux-naturels.html
En savoir plus : http://cbnc.oec.fr/

Drosera rotundifolia L. ( Rossolis à feuilles rondes) en grand format (nouvelle fenêtre)
Drosera rotundifolia L. ( Rossolis à feuilles rondes)
Centranthus trinervis (centrante à trois nervures) en grand format (nouvelle fenêtre)
Centranthus trinervis (centrante à trois nervures)
Botrychium simplex E.Hitchc ( petit botriche) en grand format (nouvelle fenêtre)
Botrychium simplex E.Hitchc ( petit botriche)