Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Nature / Paysage / Eau

L’État protège le Balbuzard Pêcheur en Corse

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 18 août 2021

Le Préfet de Corse du Sud et le Préfet maritime de Méditerranée ont signé un nouvel arrêté de protection de l’espèce pour le secteur Ajaccio-Calcatoggio protégeant ainsi 4 nids supplémentaires.

Conscient de l’urgence à agir face à la diminution constatée du nombre de poussins ces dernières années, l’État a décidé depuis deux ans de mettre en place une politique volontariste de protection pendant la période de reproduction de l’oiseau (mars à août) par l’établissement de zones de quiétude de 250 mètres de rayon autour des nids au sein de laquelle toute activité est interdite en mer et sur terre.

A ce jour, 17 nids font ainsi l’objet d’un périmètre de protection signés par les préfets.

Cette politique de protection, progressive, partenariale et largement concertée avec les usagers, vise à protéger le rapace, tout en permettant le maintien d’une activité touristique responsable et respectueuse de l’environnement. Elle s’intensifiera sur l’ensemble du littoral dans les années à venir et s’étendra à toutes les espèces de faune et de flore dont la survie le nécessitera.

Cette mesure s’appuie sur des études scientifiques et sur la base d’un nouveau suivi de l’espèce mené par l’Office de l’Environnement de la Corse : entre 30 et 40 couples nicheurs fréquentent la côte occidentale de l’île, le Cap Corse et, ponctuellement, les étangs de la plaine orientale. Si ce chiffre est stable depuis 20 ans, le nombre de poussins à l’envol a été divisé par cinq depuis 10 ans. Cet effondrement, qui pourrait remettre en cause la pérennité de l’espèce sur l’île, peut s’expliquer par plusieurs facteurs : âge des reproducteurs, présence d’autres rapaces, effets du changement climatique mais également la fréquentation autour des nids qui, situés sur des à-pics rocheux vertigineux, attirent chaque année de nombreux bateaux. Le bruit et le dérangement visuel induits par cette intense présence humaine en mer alertent les rapaces et nuisent au nourrissage, à la protection et à l’apprentissage des poussins.

Des contrôles seront effectués du 1er mars au 14 août sous l’égide de la Préfecture maritime et des affaires maritimes pour assurer le respect de l’interdiction totale d’activité dans les secteurs concernés.

Périmètres d’interdiction pour les secteurs d’Ajaccio et Calcatoggio, du 1er mars au 14 août de chaque année (cliquer sur les images pour les agrandir) :
Les périmètres d’interdiction de fréquentation de ces zones de quiétude sont visibles sur les cartes marines, sont diffusés aux acteurs de la mer et tenus à la disposition du public par la DREAL.