Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Risques / Sécurité / Transports

Les conseils de sécurité routière avant les départs en vacances

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 juillet 2011

  AVANT DE PARTIR

Préparez votre déplacement avant de prendre la route.
Partir bien renseigné sur son itinéraire, ainsi que sur l’état du trafic en tenant compte de la météo, permet d’aborder toutes les étapes de son déplacement avec sérénité. Consultez les prévisions de trafic sur www.bison-fute.gouv.fr. Restez à l’écoute de l’information routière tout au long de votre trajet en écoutant les radios d’information routière : France Info 105.5, France Bleu et 107.7 FM sur autoroute.

Pensez à vérifier votre véhicule.

Recommandations aux conducteurs de deux-roues motorisés :
Au printemps, vous êtes nombreux à vouloir utiliser votre deux-roues motorisé.
Attention, cette pratique nécessite quelques précautions :
- veillez au bon état de marche de la machine,
- vérifiez l’état et le gonflage de vos pneus,
- pensez à votre équipement (casque homologué de moins de 5 ans et sanglé, vêtements couvrant bras et jambes, aux couleurs voyantes ou mieux, des vêtements portant des bandes rétro-réfléchissantes).

Conseils aux conducteurs des autres véhicules :
Changez les balais d’essuie-glace abîmés pendant l’hiver. Profitez-en aussi pour vérifier le bon fonctionnement de tous les types d’éclairage (feux de position, de route, de brouillard, clignotants…).

Vérifiez la présence dans votre véhicule du gilet de sécurité et du triangle de pré-signalisation qui sont obligatoires.

Prenez la route bien reposé.
Les conditions de circulation difficiles sont plus fatigantes. Une nuit complète de sommeil s’impose avant de prendre le volant pour un long trajet. Évitez de faire des repas copieux, ne buvez pas d’alcool, ne consommez jamais de produits stupéfiants ni de médicaments incompatibles avec la conduite. En cas de consommation d’alcool, adoptez le « réflexe éthylotest » pour vous assurer de votre aptitude à conduire.

Au volant, la vue, c’est la vie.
N’oubliez pas d’emporter vos lunettes de soleil qui vous seront très utiles par temps lumineux, pour vous protéger de l’éblouissement. Leurs verres ne doivent pas être trop foncés pour ne pas altérer la vision des couleurs. Les verres les plus foncés, de catégorie 4 (norme n°EN 1836) sont fortement déconseillés pour la conduite d’un véhicule. Si votre vue est corrigée, il est indispensable de porter des lunettes de soleil adaptées à votre vue.
Faites régulièrement contrôler votre vue, véritable capital de sécurité, et portez une correction adaptée si nécessaire.


L’alcool et la conduite sont incompatibles. 1 200 morts sur les routes de France par an.

Pour qu’aucune sortie ne se termine en drame, respectez impérativement les conseils de sécurité suivants :

  • Désignez, dès la préparation d’une sortie festive, « Sam, celui qui conduit c’est celui qui ne boit pas », un conducteur qui s’engage à ne pas consommer d’alcool pour raccompagner ses proches en toute sécurité. Pas de bonnes soirées sans votre Sam.
  • Si vous avez bu, ou si une personne de votre entourage a bu : attendez que l’alcool soit éliminé par l’organisme avant de reprendre la route. Pour s’assurer que vous êtes en état de reprendre le volant, soufflez dans un éthylotest aux normes NF. Vous pouvez aussi parfois prendre les transports en commun (renseignez-vous sur les lignes fonctionnant en nocturne), appelez un taxi ou, pour certains, rentrez à pied.
  • Refusez de monter dans un véhicule dont le chauffeur n’est manifestement pas en état de conduire.

Ne laissez pas quelqu’un qui a bu reprendre le volant. Empêchez-le de reprendre la route si vous voyez qu’il n’est pas en état de conduire. Rappelez-vous que quelques mots peuvent suffire à sauver une vie. Si vous ne parvenez pas à lui parler, envoyez-lui des conseils par SMS pour le dissuader de reprendre la route. Retrouvez l’application mobile inédite « Sauver un ami » sur les appareils de type « iPhone » et « Androïd » (en vérifiant qu’il n’est pas en train de conduire).

  PENDANT LE TRAJET


Restez attentifs aux conseils de circulation et aux messages de prudence diffusés sur les ondes (107.7 FM sur autoroutes concédées, points « info trafic » des radios généralistes) et sur les panneaux à messages variables.



Tout le monde boucle sa ceinture de sécurité.

Bouclez votre ceinture de sécurité à l’avant et à l’arrière et veillez à ce que vos passagers, notamment les enfants, soient bien attachés et le restent tout le long du trajet. Vérifiez que les jeunes enfants soient bien installés dans un siège adapté à leur taille, leur poids et leur âge et n’oubliez pas : 1 personne = 1 place = 1 ceinture.

Attention aux risques de fatigue et de somnolence.
Pour lutter contre les risques de fatigue au volant, une pause toutes les deux heures est nécessaire. Evitez de conduire plus de 6 à 8 heures par 24 heures. Dès les premiers signes de somnolence, arrêtez-vous pour dormir même 15 minutes.
Soyez particulièrement attentifs aux premiers signes de somnolence : l’endormissement au volant est à l’origine d’un accident mortel sur trois sur autoroute [1].

Fatigue et somnolence, ce n’est pas la même chose.

  • La fatigue , c’est la difficulté à rester concentré. Les signes annonciateurs sont le picotement des yeux, le raidissement de la nuque, les douleurs de dos et le regard qui se fixe. Une solution : toute les 2 heures, la pause s’impose !
  • La somnolence , c’est la difficulté à rester éveillé, avec le risque d’endormissement, quelle que soit la longueur du trajet. Elle se manifeste par des bâillements et des paupières lourdes. La pause ne suffit plus, la solution la plus efficace : s’arrêter et faire un somme de 15 à 20 minutes !

N’oubliez pas, en cas de panne sur la chaussée ou ses abords :

  • d’allumer les feux de détresse,
  • d’endosser votre gilet de sécurité avant de sortir du véhicule,
  • de placer le triangle de pré-signalisation à environ 30 mètres de l’obstacle à signaler, sauf sur autoroute ou quand cette opération constitue une mise en danger manifeste.

Celui qui conduit ne téléphone pas et ne manipule pas d’écran tactile.
Ne téléphonez jamais lorsque vous conduisez : n’oubliez pas qu’au volant, c’est la messagerie qui répond ou l’un de vos passagers. Téléphoner et envoyer des SMS ou des mails capte l’attention qui doit être entièrement consacrée à la conduite à tous les instants du trajet.
Dispensez-vous aussi de tout autre comportement susceptible de détourner votre attention de la conduite.

Adaptez votre vitesse et respectez les distances de sécurité.
Une visibilité insuffisante associée à une vitesse excessive ou non adaptée aux conditions météorologiques accroît le risque d’accident. Respectez les limitations de vitesse et gardez une distance de sécurité confortable (au minimum deux secondes avec le véhicule qui précède) notamment par temps de brouillard, par temps de pluie ou lorsque la chaussée est mouillée après une averse. Ne vous laissez pas surprendre.

Pluie : allongez de façon significative les distances de sécurité.

Il faut plus de distance pour s’arrêter sur chaussées mouillées. En effet, lorsqu’il pleut, la distance de freinage jusqu’à l’arrêt du véhicule augmente. Rappelons que lorsqu’un automobiliste roule à 50 km/h sur route sèche, il doit parcourir une distance de 28 mètres pour arrêter son véhicule (14 mètres de temps de réaction + 14 mètres de distance de freinage). À 90 km/h, 70 mètres sont nécessaires (25 mètres de temps de réaction + 45 mètres de distance de freinage).

Soyez attentifs aux risques liés à la chaleur :
ayez une bouteille d’eau à portée de main et veillez à vous hydrater régulièrement tout comme les bébés, les enfants et les personnes âgées qui se trouvent à bord de votre véhicule. Equipez votre véhicule de pare-soleil sur la lunette arrière et sur les vitres latérales arrières. Vérifiez l’état des pneumatiques avant et pendant le trajet.

Ralentissez en présence d’un panneau signalant la possible traversée d’animaux sauvages.

Au printemps, les cervidés se nourrissent de jeunes bourgeons aux abords des routes. Ralentissez quand vous apercevez le panneau signalant leur présence. Ce sont 28 000 accidents par an.

Assurez-vous en permanence de bien voir et d’être bien vu.
La mauvaise visibilité due aux conditions atmosphériques (pluie) se trouve aggravée par la buée à l’intérieur de l’habitacle ou la réflexion de l’eau sur les vitres. Roulez lentement, prévoyez plus de temps pour vous déplacer et allongez, de façon significative, les distances de sécurité. Quelle que soit l’heure de la journée, la luminosité est globalement faible et tout l’environnement devient moins perceptible, notamment les piétons souvent vêtus de sombre ou les cyclistes mal éclairés.
Pensez à allumer les feux de croisement dès que la luminosité est insuffisante.
Sachez que depuis le 7 février 2011 [2], les voitures et camionnettes neuves sont obligatoirement équipées de feux « dédiés ». Placés à l’avant du véhicule, ces feux de jour à allumage automatique sont moins lumineux que les phares et consomment moins d’énergie.

N’oubliez pas d’utiliser vos clignotants lorsque vous changez de direction ou dépassez un véhicule ; les feux sont les seuls moyens d’indiquer vos changements de direction aux autres usagers.

Recommandations aux conducteurs de deux-roues motorisés :
Redoublez de vigilance pour circuler en toute sécurité sur votre deux-roues motorisé dont la conduite requiert une attention de tous les instants. Soyez particulièrement attentif à l’état des chaussées, parfois endommagées après l’hiver, surtout si vous devez rouler sur les routes de campagne où trop d’accidents ont des conséquences dramatiques.

Conseils pour les piétons et les cyclistes : portez des vêtements clairs et utilisez des dispositifs lumineux ou réfléchissants pour être bien vu par les autres usagers de la route.

Rappel pour les cyclistes : le port du gilet de sécurité est obligatoire la nuit, pour tout conducteur ou passager d’un cycle circulant hors agglomération, et le jour, lorsque la visibilité est insuffisante. Il est vivement recommandé en toutes circonstances.
............... ...............

Pour plus d’informations :
Bonne route


[1Source : Association des sociétés françaises d’autoroutes (ASFA)

[2En conformité avec la directive européenne 2008/89/CE